Accueil > Numéros en préparation > Des disciplines scolaires en mutation ? Regards croisés France-Québec

Des disciplines scolaires en mutation ? Regards croisés France-Québec

Spirale – Revue de Recherches en Éducation

Appel à contributions pour le n° 58
(parution : octobre 2016)

Des disciplines scolaires en mutation ?
Regards croisés France-Québec

Coordination : Nicole TUTIAUX-GUILLON
ÉSPÉ Lille — Nord de France
Théodile-CIREL
Johanne LEBRUN
Université de Sherbrooke
CREAS

Depuis plus d’une décennie, à des rythmes divers selon les contextes, des changements curriculaires et disciplinaires profonds interviennent dans les différents systèmes scolaires. Ils sont légitimés par des principes (approches par compétences, enseignement de base, approches interdisciplinaires, domaines généraux de formation, formation tout au long de la vie etc.) qui s’inscrivent souvent dans un pilotage par les outputs et dans les perspectives de l’évaluation de l’efficacité des systèmes éducatifs. Dans cette dynamique, les disciplines scolaires sont bousculées, redéfinies, parfois refondées dans leurs contenus, leurs méthodes ou démarches, leurs pratiques, leurs dispositifs de classe, leurs finalités, leurs structures, leurs contours, leurs frontières. Les contextes éducatifs, plus largement les contextes sociaux, économiques et politiques introduisent des variations notables, des enjeux et des débats spécifiques. Les indicateurs significatifs des changements diffèrent entre prescription, effectuation de l’enseignement, apprentissages et évaluation. La traduction des changements entre ces instances et la pertinence des indicateurs peuvent ainsi être analysés et comparés d’un contexte à l’autre : adaptation classique des curricula à l’évolution des savoirs ou des pratiques sociales de référence, pour éviter la sclérose des savoirs scolaires ; adaptation des contenus, des méthodes et des finalités à des mutations économiques et sociales, pour (r)établir des liens entre les disciplines scolaires et la société, selon de nouveaux impératifs sociaux, culturels et politiques. ; valorisation de différentes « éducation à… » au sein même des disciplines scolaires ; reconfiguration des découpages disciplinaires installés sur le XXe siècle ; structuration des programmes autour de compétences qui sont censées assurer des liens entre les savoirs enseignés ; apprentissages de capacité, de compétences ; évolution des examens… Québec et France ont connu – sur des rythmes différents – des changements que les chercheurs des deux sociétés interrogent ; l’appui pris ici sur les travaux en sciences de l’éducation, la recherche d’un compromis avec les traditions pédagogiques et didactiques conduisent-ils à des prescriptions différentes ? Les conditions de formation des enseignants et les contextes des établissements scolaires signifient-ils des réceptions différentes par les acteurs des systèmes éducatifs ? Que nous apprend la comparaison des enjeux sociaux de ces changements disciplinaires ?
Les recherches en sciences de l’éducation et plus particulièrement en didactique ou en sociologie peuvent apporter des réponses diverses.
Il peut s’agir de décrire et d’analyser de façon fine des évolutions disciplinaires sur les dernières années – en développant éventuellement une approche comparative. Ces évolutions peuvent être considérées au triple niveau des prescriptions ou préconisations, de leur mises en œuvre dans les classes et de leurs effets sur les apprentissages et la formation des élèves. On peut également s’interroger sur la façon dont la formation didactique, voire disciplinaire, initiale et continuée permet aux enseignants de s’y adapter voire de les anticiper. Se pose aussi la question de la pertinence des concepts et des modèles issus des didactiques disciplinaires et des didactiques curriculaires pour rendre compte des disciplines scolaires telles qu’elles se sont développées jusqu’au XXIe siècle. Permettent-ils d’objectiver ces évolutions et d’en penser les effets sur les disciplines scolaires ? Comment éclairent-ils les rapports entre les différents niveaux de constitution des disciplines scolaires (politiques éducatives, décisions institutionnelles, formation professionnelle, enseignement effectif…) ? Autrement dit l’évolution des disciplines scolaires est-elle implicitement porteuse d’une évolution des didactiques ?
Enfin, si les recompositions disciplinaires sont bien accompagnés par un questionnement sur les statuts des savoirs, leurs fonctions sociales, les liens entre apprentissages scolaires et pratiques sociales (culturelles, civiques…), les références légitimes etc., ceci ouvre à nouveaux frais des interrogations sur les relations des didactiques entre elles, et sur leurs relations avec les autres sciences de l’éducation. On voit bien ici comment ceci peut s’inscrire dans des recherches en didactiques comparées ou sur la formation des enseignants, cette fois dans ses aspects transdisciplinaires.

Ce numéro sera particulièrement consacré à des articles signés de chercheurs québécois et français, ce qui n’exclut nullement d’autres contributions qui pourraient éclairer la thématique retenue. Chaque article est soumis à une double évaluation anonyme, l’une par un membre du comité de rédaction ou de lecture, l’autre par un expert extérieur. Les recommandations aux auteurs, y compris les normes de la revue, sont disponibles à l’adresse ici

Calendrier

-  réception des projets d’articles (résumé d’une page) : 30 septembre 2015
-  signification aux auteurs que leur projet est retenu : 30 octobre 2015
-  réception de l’article (30 000 signes, tout compris) : 5 janvier 2016
-  communication des avis des experts : fin mars 2016
-  réception de l’article définitif : 1er juin 2016
-  publication : octobre 2016

Nous attendons pour le 30 septembre 2015 un résumé d’une page présentant votre projet d’article. Vous y préciserez la/les question(s) que vous envisagez de traiter, le cadre théorique dans lequel vous vous inscrivez, les choix méthodologiques et les données sur lesquelles vous travaillez, ainsi que quelques résultats, même très provisoires.
Vous veillerez à y indiquer précisément :
-  vos noms, prénoms
-  votre institution
-  votre adresse postale professionnelle et une adresse électronique
-  un titre d’article
-  quelques mots-clés.

N.B. : si vous souhaitez envoyer un article développé dès cette première échéance, nous le lirons avec la même attention.

Les propositions sont à envoyer en fichier attaché (en format. doc ou. docx) par mail à
nicole.tutiauxguillonatespe-lnf.fr
johanne.lebrunatusherbrooke.ca

titre documents joints

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0