Accueil > Articles téléchargeables > HANNOUZ Dominique « Étude de l’effet du contexte pédagogique sur l’écriture des (...)

HANNOUZ Dominique « Étude de l’effet du contexte pédagogique sur l’écriture des graphèmes composés en classe de CP » - Spirale 44 (2009)

Lire l’article

Résumé : Cette étude prolonge une recherche antérieure et a pour but d’analyser l’impact en première année d’enseignement obligatoire de deux présentations contrastée de la langue écrite sur un point précis : le codage de graphèmes composés. Elle se déroule dans une classe « langage entier » et une classe « syllabique » avec douze enfants les plus en difficulté au niveau de l’apprentissage de la lecture-écriture. Notre première hypothèse est que, dans la classe « syllabique », l’enseignement progressif du code phonographique partant d’unités graphiques simples (un graphème) pour aller vers des unités graphiques composées, peut amener certains enfants à avoir une vision « unitaire » de l’écrit (un phonème = un graphème). Notre deuxième hypothèse est que, dans la classe « langage entier », les enfants découvrant en même temps les unités graphiques simples et composées peuvent fournir plus de codages « pluriels » que ceux de la classe « syllabique ». Enfin, la dernière hypothèse repose sur l’exactitude des graphèmes pluriels utilisés. Dans la classe « syllabique », on s’attend à trouver plus de graphèmes « pluriels » exacts après l’enseignement de sa correspondance grapho-phonétique. Dans la classe « langage entier », on s’attend à trouver, de manière générale, davantage de graphèmes composés exacts que dans la classe « syllabique ». L’analyse des mots d’écriture inventée mon-tre que les enfants du contexte « langage entier » emploient davantage de codages composés exacts. Ceux du contexte « syllabique » utilisent davantage un codage « unitaire ». La présentation simultanée de toutes les unités linguistiques (graphèmes composés et unitaires) semble permettre aux enfants de développer des représentations conformes aux relations oral-écrit.
Mots-clés : Contexte pédagogique – Graphèmes composés – Écriture inventée.

Abstract : This study aims to analyse the impact in a first grade compulsory teaching by using two distinct manners to present spoken language focusing on a specific point : the spelling of the compound graphemes. The study takes place in a « whole language » class, and in a « syllabic » class, selecting in each class the 6 children having the highest reading and writing difficulties. Our first hypothesis is that, in the « syllabic » class, the progressive teaching of the phonographic code, beginning with single graphic units going towards plural graphic units (compound grapheme), may lead some children to have a perception of spelling solely based on single graphemes (one phoneme = one grapheme) and would result in the spelling by the use of a unit coding. Our second hypothesis consists in assuming that in the « whole language » class, since children are presented simultaneously single and plural graphemes, they may provide more plural coding (compound graphemes) than those from the « syllabic » class. Lastly, the last hypothesis is based on the exactitude of the plural graphemes used. In the « syllabic » class, for a given phoneme one expects to find more exact plural graphemes after teaching of his graphophonetic correspondence. In the « whole language » class, due to the joint practices of read-ing and spelling, in a general way one expects to find more exact compounds graphemes that in the « syllabic » class. The analysis of words in invented spellings show that children from the « whole language » class are more likely to use plural coding for the phonemes [õ] and [∫], while those of « syllabic » class are more likely to use more single coding (only one letter). In the « syllabic class », for certain phonemes, the exact answers depend on the teaching of the grapho-phonetic correspondence, but are unstable. In the « whole language » class, the number of exacts answers is higher than in the syllabic class for the phoneme [∫]. The presentation of the linguistic units as well as the frequency of the graphemes seem to have an impact on the oral-spelling relationships which the children develop.
Keywords : Didactic context – Compound graphemes – Invented spelling.

SPIRALE - Revue de Recherches en Éducation – 2009 N° 44 (101-111)

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0